Anne Lise Boudet

Anne-Lise Boudet

Mon univers photographique oscille entre la photographie de rue et des images davantage tournées vers l’imaginaire.

J’aime les gens et j’aime rêver.

L’exploration de différentes techniques photographiques participe de cette envie de mise à distance du réel tout en partant de lui.

Je recherche une échappée vers un territoire réinterprété, un temps suspendu, un espace où il vous sera possible de terminer l’image que j’ai commencée.

Site internet : https://www.instagram.com/annelise_boudet/


Gilles Bellet

Gilles Bellet

Un voyage dans l’épaisseur des choses.

« Je propose à chacun l’ouverture des trappes intérieures, un voyage dans l’épaisseur des choses » Francis Ponge

Gilles Bellet peint, construit, travaille des espaces avec la matière de la peinture elle-même pour que s’y plonge notre regard, pour qu’il s’y perde, y vagabonde et finalement, s’y installe. Ces peintures, quel qu’en soit le format (grandes toiles ou petits carrés de métal peints), portent toujours en elles le signe d’un infini.

Ainsi que l’indiquait le titre de son exposition de 2018 au Terminal 37 à Rouen, le peintre essaye ici de « structurer le chaos », celui de la matière qui nous échappe, celui du monde lui-même, mais aussi celui de notre espace intérieur constitué de couches qui se recouvrent, de souvenirs, de vécus qui s’entremêlent et de points obscurs qui se cachent dans les recoins de nos histoires intimes. « Le monde est grand, mais en nous il est profond comme la mer » écrivait Rilke. Il peint donc des « rêves », des « horizons », des « lignes de fuites », des « voyages » qu’on pourrait dire intérieurs, des « paysages » à la mélancolie silencieuse. Par son travail sur l’espace et l’épaisseur, il donne à voir un lieu pour dire la solitude première de l’homme au milieu du chaos.

Sa peinture ne cherche donc pas des effets de couleurs ou des dynamiques de formes comme ce fut parfois le cas dans l’abstraction. : « Je ne suis jamais dans un acte simplement graphique » nous dit Gilles Bellet. La peinture n’est pas là pour remplir un trait. Elle est l’outil premier. Il travaille la peinture comme pure matière, faisant de la toile une peau épaisse, une écorce à vif. Il cherche à créer l’épaisseur d’un espace, à rendre visible la marque du temps qui se dépose sur la toile. Cela se retrouve dans sa technique même : il enduit, recouvre de couches successives, mêle des ajouts de plâtre, de sable, de pigments purs, puis gratte pour faire ressurgir les couches passées, laisse reposer, revient par-dessus… créant une archéologie de la peinture et de grands palimpsestes. Ces toiles deviennent le résultat d’une histoire, d’un temps long qui laisse ses traces.

Il ajoute parfois un élément figuratif dans ces compositions, une figure humaine, un arbre, un fragment d’architecture comme le souvenir d’une présence, le rappel d’une vie calme posée au milieu de ces paysages désertiques, où seule s’agite la matière. Dans ces espaces, on y rêve apaisé, ou on est pris de vertige. Tout en nous invitant à la contemplation, Gilles Bellet nous rappelle donc toujours à notre condition d’homme, à une intimité qui tente de trouver sa place au sein d’une immensité que le temps dégrade et chahute.

Jean-François Jaudon

Site internet : http://gillesbellet.com/


Guillaume Painchault

Guillaume Painchault

Je fais des photographies dans la rue. C’est un besoin, une façon de faire. Ma manière d’appréhender un espace, un territoire. Je trouve des hommes, des femmes qui traversent en même temps que moi ce territoire. Leur quotidien, le mien, rentrent en collision.
Je ne fais pas de la photo documentaire. Je fais des instantanés, et je n’ai jamais d’idée préconçue. C’est sur le moment que les images se créent. Je m’intéresse à la façon dont les gens partagent physiquement le même espace urbain. Mon travail s’axe sur les protagonistes de la rue, {en France et à l’étranger} et il est important pour moi que les personnages soient conscients de ma présence. C’est une rencontre silencieuse.
Ma démarche est celle d’un promeneur. J’ai le temps. Même ceux qui attendent sur un quai de gare ne l’ont pas. Ce n’est pas le temps de l’obturateur, c’est le temps de celui qui attend tranquillement que la personne qui passe à côté de l’objectif se transforme en image. Ce que je prends en photo c’est une transformation. Des plans rapprochés, en noir et blanc, sur les citadins. Le tout-venant de la rue. Posé sur le papier ce visage prend l’allure d’un masque.
Le réel vu juste une fraction de seconde. Des corps arrêtés dont on ne sait plus si on les a rêvés, craints ou espérés, mais qui tous ont un air familier. C’est, en somme, une magie simple qui occupe mon quotidien.

Site internet : https://regardmouvant.net/regard


Thierry Plantey

Thierry Plantey

C’est dans un premier temps en tant qu’exposant que j’ai découvert le Point Limite ;

J’y présentais alors un travail de dessins sur post-it, dans lequel j’investissais plusieurs registres, techniques et médias, dont celui de la photographie.

Cet aspect hybride, je l’ai retrouvé par la suite en tant que spectateur, dans les expositions qui ont suivi : j’y ai trouvé un lieu d’expériences visuelles et sonores, un espace de jeux hors limites.
•Cursus universitaire en Arts Plastiques, faculté Aix-Marseille
•Exposant au Point Limite en 2014 : exposition « Post-it »

Site internet :

https://www.instagram.com/thierry.plantey/

http://1001postit.free.fr/1001_post-t/accueil.html


Festival Contact

FESTIVAL CONTACT

De la photo, de la peinture, de la musique, du théâtre, des moments d’échanges, de partage et des rencontres!
Nous sommes très heureux de vous annoncer la première édition de notre festival « Contact », du 22 mai au 17 juillet, sous la verrière et dans notre galerie.

  • 22 – 23 mai

Anne-Lise Boudet, Lady Arlette et les Fuckin » Babel Love

Samedi 22 mai : Lady Arlette Autobiographie pirate :

3 sets de 30 minutes :  15h30 / 17h00 / 18h30

« La Lady jongle avec la langue française comme un skateur sur une rampe d’escalier.» Normanrock.
Elle s’offre une valse avec Elvis … et propose une après-midi avec ses derniers titres.
« Autobiographie Pirate » : De la chanson mais pas que … du rock et pas que … De la flibuste poétique et des abordages décalés.

http://www.lady-arlette.com

Dimanche 23 mai : Les Fuckin’ Babel Love

4 sets  de 30 minutes: 15 h30 / 16h30 / 17h30 / 18h30

Du rock n roll et de l’amour dans le garage ! Des reprises à leur façon … De Art Mengo à Patti Smith

Blandine Champion – basse / Dominique Bonafini – chant / Annabelle Cavallin – guitare / Raphaël Parellada – batterie

https://www.youtube.com/user/marmolle

Le samedi 22 et dimanche 23 mai : Exposition photographique de Anne-Lise Boudet

A l’automne 2020, pendant l’enregistrement d’ « Autobiographie Pirate » est apparue l’idée de donner à « Elvis » un écho photographique.

Un livre est né … le texte de Lady Arlette s’est laissé volontiers relire par les photographies d’Anne-Lise Boudet.

https://www.instagram.com/annelise_boudet/

Ouverture samedi 15h00

Jauge de 10 personnes dans la galerie et 30 personnes sous la verrière

 

 

  • 29 mai – 05 juin

Exposition des travaux d’élèves des ateliers du peintre Gilles Bellet + Frédéric Jouhannet (Violon solo)

https://www.instagram.com/ateliers_du_point_limite/

https://www.lesvibrantsdefricheurs.com/cest-qui

Ouverture exposition à 15h00 et concert Frédéric Jouhannet à 17h00

 

 

 

  • 12 – 20 juin

Les petites planètes de Nikodio et  / dessin, Tourne disque et musique.

« Une série de signes, de points, s’organisent sur le disque en papier pour former une partition imaginaire à la libre interprétation du musicien. Le trait s’anime en boucle, les signes se superposent, se croisent, se colorent pour donner à voir le mouvement de l’animation, en direct. Des histoires abstraites apparaîssent en projection sur le mur, ballades hypnotiques improvisées en duo… »

Deux performances en duo avec deux musiciens improvisateurs/bricoleurs du mythique groupe Haut-Normand Quattrophage

 

  •  Samedi 12 juin  (2 sets d’environ 30 minutes : 17h00 / 18h30)

– Nikodio (Phonotropes) + Olivier Hüe (guitare préparée, percussions, électronique artisanale, psiliphone)

Ouverture 15h00 – fermeture 21h30

  • Vendredi 18 juin  (2 sets d’environ 30 minutes : 18h30 / 19h30)

– Nikodio (Phonotropes) + Nicolas Lelièvre (Bricophonie et Bruitologie)

Ouverture 17h00 – fermeture 21h30

 

Le phonotrope est  un « loopeur » d’images animées à l’aide d’un tourne disque.

 

Niko­dio est diplômé des Beaux Arts de Rouen et artiste indé­pen­dant. Ses créa­tions sont poly­morphes, mais toujours dans cette idée de faire « bouger le monde », surprendre le spec­ta­teur. Entre art contem­po­rain et cinéma expé­ri­men­tal, ses expé­riences mêlent avec élégance anima­tion et instal­la­tion. Ses films sont diffu­sés dans des festi­vals inter­na­tio­naux et ses colla­bo­ra­tions multiples dans le spec­tacle vivant, les Arts visuels et la musique. Niko­dio est aussi membre du collec­tif « HSH ».

http://nikodio.fr/ & https://www.flblb.com/auteur/nikodio/

 

Olivier Hûe :  C’est par le blues qu’il vient à la musique. La rencontre avec le free Jazz puis les musiques improvisées européennes marque un tournant dans ses conceptions musicales. Multi instrumentiste, il compose pour le théâtre , le théâtre de marionnettes  et la danse.

www.lesafrancollectif.com/olivier-hue/

 

Nicolas Lelièvre est un musicien curieux- on peut l’entendre au fil de nombreuses collaborations tant à la batterie, qu’avec des percussions en provenance des 5 continents mais aussi parfois à l’harmonium, à l’orgue ou entouré d’ appareils électroniques voir encore avec des cailloux, de l’eau, des ressorts, des tas d’ustensiles …en fait tout ce qui peut susciter un véritable cinéma pour l’oreille. 
 » Le percussionniste dans les mains duquel n’importe quel objet devient instrument de musique  » (Libération)

www.nicolas-lelievre.com

 

Jauge de 10 personnes dans la galerie et 30 personnes sous la verrière

 

 

  • 26 juin – 04 juillet

Guillaume Chopin + Santi Balcones & Delf

  • Samedi 26 juin

– Guillaume Chopin (exposition photographique)

« Silent movie and selected screenings »

https://regardmouvant.net/regard

Ouverture 17h00 – fermeture 21h30

Permanence de l’exposition : samedi 03 juillet de 15h00 à 18h00 et sur rendez-vous au 06 24 12 81 52

– Santi Balcones & Delf (musique)

2 sets de 30 minutes : 18h30 / 19h30

« Venu tout droit d’Argentine, ce musicien multi instrumentiste propose en format acoustique ses chansons aux couleurs variées. A cette occasion , il sera en compagnie de Delf dont le reggae, la soul ou le funk a largement parcouru la scène normande à travers différentes formations comme Makasiwe ou Los infiltrados. »

 

 

  • 10 – 17 juillet

Thierry Plantey et Gilles Dequidt (exposition photographique et illustration + performance sonore)

  • Samedi 10 juillet

– Thierry Plantey « ENTRE-DEUX » 

Entre deux pratiques,la photographie et le dessin .Une occasion de rassembler dans un même espace ces deux approches d’une image qui se révèle, se dessine, se devine, se perd, se répète …

Ouverture 17h00 – fermeture 21h30

Permanence de l’exposition : Dimanche 11 juillet 14h00-18k00 & Lundi 12 juillet juillet de 15h00 à 18h00 et sur rendez-vous au 06 24 12 81 52

– Gilles Dequidt LFO

2 sets de 30 minutes : 18h30 / 19h30

LFO – performance sonore pour orgue de barbarie électronique
Présentation de ma nouvelle interface, la 3e version de mon orgue de barbarie
un lecteur de programme à performer / projection sonore.

L’orgue de barbarie, comme la machine à tisser, est l’ancêtre de l’ordinateur.
Il utilise des mémoires sur cartons perforés où est notée une suite d’instructions temporelles codées en binaire.
C’est une machine dans la continuité du corps avec sa manivelle, qui exprime différents états par son mouvement, un ordinateur à manivelle.

Cette machine me permet de contrôler des séquences sonores que je peux manipuler dans une direction, dans les deux sens, et dans l’élasticité d’un temps non restreint.
J’étire ces données et je les amplifie. Ce qui compte alors c’est le geste, le geste simple de tourner la manivelle, le geste qui reste générateur dans un programme manuel où je peux avancer, m’arrêter, revenir de manière sensible.
je manipule le corps du programme , afin de révéler et d’en exprimer, au travers de l’espace de projection, un paysage sonore.

dans cette nouvelle version, le mouvement de la manivelle est traduit mathématiquement en un signal électronique périodique.
A partir de ce signal de base, en forme de dents de scie se déclinent toutes les fonctions périodiques qui sont utilisées à l’intérieur d’un LFO : signal sinusoïdal, signal carré, signal triangulaire.
cette association me permet de lire des mémoires séquentielles de manière analogue au carton perforé, et aussi de générer de nouveaux rapports d’expressions pour l’orgue de barbarie.

Gilles Dequidt, plasticien du son, réalisateur multimédia, vit et travail à rouen, fait parti du collectif Module étrange.
diplômé de école des beaux arts rouen en 2002, « Gilles Dequidt approfondit, à travers les machines dont l’homme s’est entouré, des ressorts poétiques » (Marc Donnadieu).

http://www.module-etrange.org/

https://www.instagram.com/thierry.plantey/

http://1001postit.free.fr/1001_post-t/accueil.html

Point Limite est soutenu par la ville de Rouen

22 mai & 23 mai : Anne-Lise Boudet, Lady Arlette et les Fuckin' Babel Love

Samedi 29 mai : Les travaux d’élèves des ateliers du peintre Gilles Bellet 15h00 + Frédéric JOUHANNET (Violon solo)  17h00

Samedi 12 juin : Nikodio + Olivier Hüe & Vendredi 18 juin : Nikodio + Nicolas Lelièvre

Samedi 26 juin Guillaume Chopin + Santi Balcones & Delf

Thierry Plantey "ENTRE-DEUX" + Gilles Dequidt


Môsieur J.

Môsieur J.

Y-a-t’il lieu de penser que la découverte du quotidien constitue un événement majeur ? Nous aurions de bonnes raisons de l’espérer tant la pensée du quotidien nous maintient en éveil et dans l’accueil des êtres. « Sans l’agitation de l’étrangeté, écrit B. Bégout, le quotidien se défait. » La proposition a sa réciproque : sans pensée du quotidien nous craignons et fuyons l’étrangeté. Et cela n’est jamais le moment.
Contre également l’idée commune de l’évidence du quotidien et qu’il n’y a rien à y découvrir, les photographies par ici tentent de participer, via l’image, à cette recherche salutaire.
« Comment parler de ces choses communes, comment les traquer plutôt, comment les débusquer, les arracher à la gangue dans laquelle elles restent engluées, comment leur donner un sens, une langue : qu’elles parlent enfin de ce qui est, de ce que nous sommes »
Georges Perec – L’Infra-ordinaire.

Site internet :https://www.instagram.com/mosieurj/


Activités

Activités

Point Limite constitue le lieu de travail et de création du peintre Gilles Bellet et des photographes Guillaume Laurent, Guillaume Painchault et Anne-Lise Boudet :

Gilles Bellet : http://gillesbellet.com/

Guillaume Painchault : https://regardmouvant.net/

Guillaume Laurent : http://labasedumouvement.com/

Anne-Lise Boudet : https://www.instagram.com/annelise_boudet/

Le lieu est équipé d’une chaîne graphique permettant de scanner des films 35mm, de traiter les images numériques et de les imprimer jusqu’au format 40×60 sur papiers photo et fine art.

A l’initiative du photographe Guillaume Painchault, la micro édition du photozine Vanishing Point vient enrichir les activités de création de Point Limite.

Point Limite est un lieu d’exposition ouvert à toutes formes d’expression artistique.

Le lieu accueille aussi bien des artistes confirmés et reconnus que de jeunes artistes exposant pour la première fois.

L’équipe accompagne les artistes dans leur réflexion et dans la construction de leur exposition.

Les échanges et le travail commun avec les exposants participent de l’état d’esprit du lieu.

Des évènements culturels (concerts, danse, lectures de texte et autres performances) sont organisés tout au long de l’année en parallèle des expositions. Ces manifestations contribuent à faire de Point Limite un lieu d’échange et de rencontre en dehors des vernissages des expositions.

L’équipe Point Limite propose aux adhérents de l’association de réaliser des tirages de leurs photos sur papier.

Si besoin, un accompagnement peut être réalisé pour choisir le papier, le format et procéder à de légers développements avant impression.

Trois choix de papier sont disponibles :
1.Papier Fine Art Museum OBM 260G (Papier naturel d’art 100% coton à surface lisse, Mat)
2.Papier Fine Art OBB Baryta White 310G (Papier naturel d’art baryté 100% coton à surface lustré)
3.Epson Premium Luster 250G (Papier Lustré)

Les formats et tarifs sont les suivants :

– Papier Epson Premium Luster 250G ( 5 tirages minimum)
1.A4(20x30cm) : 6€
2.A3+ (32,9×48,3cm) : 10€
3.A2 (40x60cm) : 18€

– Papier Fine Art OBB & OBM (5 tirages minimum)
1.A4 (20x30cm) : 8€
2.A3 (30x40cm) : 14€
3.A2 (40x60cm) : 24€

Formation Lightroom

 

Apprenez à utiliser photographique le logiciel Adobe Lightroom pour organiser, cataloguer et archiver vos photographies et développer vos images (correction de la lumière, de la couleur, recadrage, flitres, masques, effets…).
•Initiation (4h00 – 80€)
1.Présentation des fonctions de base
2.Cataloguage des images
3.Développement (retouche) des photos
4.Exportation des fichiers

•Perfectionnement (4h00 – 80€)
1. Retouche avec les pinceaux de réglages
2.Filtres gradués
3.Copier / coller sélectif
4.Synchronisation manuelle
5.Copies virtuelles

Veuillez nous contacter pour de plus amples informations

Formation Photo de rue

 

La photo de rue est une branche en photographie dont le sujet principal est une présence humaine, directe ou indirecte, dans des situations spontanées et dans des lieux publics comme la rue, les parcs, les plages, les grands magasins ou les manifestations.

Déroulé de l’atelier :

Ce stage sera focalisé sur le contenu de l’image. Ce ne sera pas une formation technique, mais plutôt un travail destiné à aider les participants à formaliser leurs intuitions.

Le but est de réussir à définir le langage photographique propre à chacun des participants.
•Matin (3h)
1.Présentation rapide du concept, petit historique de la photographie
2.Préparation du matériel : Notions de composition/cadrage/placement
3.Réglage de l’appareil : vitesse/ouverture/asa/choix de la focale/mesure de la lumière
4.Séance de prise de vue (2h)
•Après-midi (2h)
1.Analyse des images : composition / cadrage

Durée : 5h (10h-13h / 14h-16h)

Maximum 6 participants

80 euros

Les stagiaires doivent se munir de leur propre appareil photo.

Veuillez nous contacter pour de plus amples informations

Contenu à venir

Le Point limite propose des ateliers d’initiation et de perfectionnement aux Arts Plastiques à destination d’un public d’enfants âgés entre 5 et 12 ans. Ceux-ci sont animés par Gilles Bellet à la maison de quartier St Clément, rue St Julien.

Les groupes sont constitués au maximum de 8 élèves.
La pratique constitue la partie principale des séances de 90 minutes mais des apports théoriques peuvent permettre également de faire avancer les travaux des élèves (consultations de livres d’artistes, visionnages de reproductions).

Stage de peinture du 02 au 05 novembre 2021

Stages courts (4 ateliers de 2 h chacun) durant les vacances scolaires menés par Gilles Bellet. Après une partie théorique durant laquelle sont analysées différentes œuvres d’art, les participants sont amenés à produire et à s’exprimer par eux-mêmes en s’inspirant librement des œuvres étudiées.

Photographies : ©Guillaumepainchault/regardmouvant